Accueillir des stagiaires en auto-entreprise - Le Mot Juste
3209
post-template-default,single,single-post,postid-3209,single-format-standard,wp-custom-logo,theme-bridge,bridge-core-1.0.4,woocommerce-no-js,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1300,qode-content-sidebar-responsive,columns-3,qode-theme-ver-18.0.9,qode-theme-bridge,disabled_footer_top,wpb-js-composer js-comp-ver-5.7,vc_responsive
 

Accueillir des stagiaires en auto-entreprise

Accueillir des stagiaires en auto-entreprise

AU MOIS DE MAI 2021, J’AI SAUTÉ UNE NOUVELLE ÉTAPE DANS LE DÉVELOPPEMENT DE MON ENTREPRISE : J’AI ACCUEILLI DEUX STAGIAIRES !

Être auto-entrepreneur et  poster une offre de stage ? L’idée peut faire sourire et pourtant, le besoin de soutien est réel quand on est en permanence sur tous les fronts, forcé à devenir multitâches, au point parfois d’en oublier de prendre du recul.

Les stagiaires du Mot Juste

C’était début avril. En vue d’écrire un article sur les difficultés des étudiants durant la pandémie – idée soufflée par une collègue enseignante qui tentait désespérément d’interpeller la presse locale pour sensibiliser les entreprises, j’ai assisté à une conférence de presse donnée par le Rectorat et la Région. Au milieu du blabla politique et des problématiques d’attractivité du territoire, j’ai surtout entendu deux choses :

  • était en cours la création d’innombrables plateformes digitales de recrutement censées aider (note : on y trouve deux fois plus de demandes que d’offres et les mêmes postes sont publiés en divers endroits)
  • étaient exprimées de la part des étudiants de réelles inquiétudes que ne semblaient pas du tout apaiser les réponses des instances présentes

J’ai alors pensé que nous pouvions tous faire une différence, aussi petite soit-elle, à notre niveau et aider les médias à communiquer sur le sujet ne me semblait pas suffisant… Longtemps, j’ai rejeté l’idée de recruter un stagiaire, du fait de mes moyens financiers insuffisants pour verser une gratification minimale, et puis, généralement, un stage de deux mois n’est pas suffisant pour valider des acquis.

Cela devait-il impliquer que je n’avais rien à offrir ?

Non. En dépassant cette pensée limitante, j’ai mis sur le papier tout ce qui m’apparaissait avoir de la valeur pour l’étudiant, à savoir : du coaching et de la correction (pour offrir mes compétences), de la formation et des informations sur la création d’entreprise (pour transmettre), de la prise en charge de frais (pour, à défaut de leur faire gagner de l’argent, leur permettre d’éviter d’en dépenser), des commissions sur ventes (pour indiquer ma confiance et les mettre à la place d’un collaborateur) du partage de profil (pour veiller à leur recrutabilité) et puis, du plaisir ! Il était nécessaire de trouver des étudiants avec lesquels j’aurais un feeling, une vision commune et qui prendraient à cœur de développer et faire rayonner ma marque qui repose majoritairement sur… ma personne. Car s’il m’est facile de parler naturellement de mon projet alentour, parce que je l’aime et que j’en suis la fondatrice, c’est une autre limonade quand il est question de pitcher pour un observateur tiers. Pourtant, je n’ai jamais douté que je trouverai une perle rare qui adhérerait à mes idéaux et se piquerait d’envie d’y apporter sa contribution. Et j’en ai trouvé deux !

De la machine à café au café partagé

Dans une petite structure portée et représentée par une seule personne, une chose est sûre : le stage-machine à café n’existe pas ! (en revanche, prendre le temps de boire un café et d’échanger pour mieux se connaître et nouer des liens me paraît une étape obligatoire). Comptabilité, administration, communication et relations publiques, marketing et  développement commercial… Il y a tant à faire que la liste des missions a vite fait de s’allonger.

Je les ai choisi selon les critères suivants :

  • ce que je n’ai plus le temps/ ne prends pas le temps de faire
  • ce que je ne sais pas bien faire
  • ce qui est le plus intéressant pour le stagiaire
  • ce qui nous permet d’apprendre et de faire avancer la marque
  • ce qui me fera gagner du temps dans le futur
  • ce que je n’ai pas déjà imaginé moi-même

Ainsi, les stagiaires recrutés alternent entre du temps de recherche, du temps de création, du temps de brainstorming, des phases de travail en autonomie et des phases de travail en groupe. Je me fais un point d’honneur à être disponible à 100% pour eux. Il m’a fallu me fixer un objectif personnel : apprendre à déléguer et gagner en rigueur et organisation.

Quelques conseils pour accueillir un stagiaire quand on est auto-entrepreneur :
  • Avant même de lister vos besoins, assurez-vous de pouvoir consacrer suffisamment de temps au stagiaire du temps de sa présence (ce qui implique des temps pédagogiques et des temps d’échange) car ça prend de l’énergie !
  • Listez vos besoins pour établir clairement les objectifs à atteindre et dans quels domaines d’expertise
  • Faites quelques recherches, si ce n’est pas clair, sur l’aspect légal et juridique de l’accueil des stagiaires, notamment via le portail de l’auto-entrepreneur.
  • Etablissez votre budget et communiquez très clairement sur les modalités du stage
  • Sélectionnez des candidats en rapport avec les missions à accomplir avant toute autre chose ! Parmi eux, shortlistez les candidats que vous estimez impliqués et sérieux et avec lesquels la communication est facile. N’hésitez pas à les questionner sur leur vision de votre projet
  • Restez ouvert à la critique (constructive) et sortez des sentiers battus lorsque vous travaillerez ensemble ; si vous aviez besoin d’aide, c’est peut-être parce qu’il était nécessaire de changer un paramètre ou deux dans votre fonctionnement !